5 2 histoires
de transition
écologique
Sommaire picto-suite 39 41 picto-suite
ADEME 40

“Face à une demande écologique qui accélère, l'ADEME se transforme pour mieux répondre aux attentes de la société”

Directeur général délégué de l'ADEME, Fabrice Boissier revient sur l'année 2019 et les transformations engagées par l'Agence.

2019 : année de l'écologie

Fabrice Boissier : L'année 2019 a été marquée par la forte mobilisation de la société sur les enjeux climatiques, comme l'ont démontré les multiples marches pour le climat. C'est incontestablement une année de réveil sociétal sur les enjeux environnementaux, encore renforcé par le déploiement, en France, d'un agenda politique très riche sur les questions de transition écologique. En tant qu'établissement public en charge d'impulser et d'accompagner la transition écologique, ce contexte nous enchante autant qu'il nous oblige !  

Quelles conséquences pour l'ADEME ?

Dans ce monde qui bouge à grande vitesse, l'ADEME se doit de toujours mieux répondre aux attentes. C'est ce que nous avons fait en 2019 en finalisant la revue des missions entamée en 2018 : c'est-à-dire en définissant, dans un contexte d'effectifs contraints, les nouvelles activités sur lesquelles nous investir, les activités à renforcer ou à abandonner, les gains d'efficacité. La revue des missions dessine également de nouveaux modes de relation avec nos publics cibles.

Comment s'organisent aujourd'hui les missions de l'Agence ?

Pour la période 2020-2023, qui correspond à notre prochain contrat d'objectifs et de performance, nous avons réaffirmé les 3 missions de la période précédente, pour lesquelles la demande d'intervention de l'ADEME est plus forte que jamais. Une mission d'expertise, qui est de plus en plus prégnante, car la transition écologique est un sujet infiniment complexe, et qui demande des réponses précises.

Une mission d'éclairage de l'avenir, à travers la prospective et le soutien à l'innovation, afin de préparer le futur de la transition écologique. Une mission d'accélération enfin, par l'accompagnement d'un nombre croissant d'acteurs.  

Concrètement, quelles transformations avez-vous engagées ?

La création de la Direction Entreprises (cf. transition n°41) vise à créer un point d'entrée unique pour les entreprises, dans un contexte où elles sont de plus en plus nombreuses à nous solliciter, et pour des sujets très divers. La nouvelle Direction Adaptation, Aménagement et Trajectoires bas-carbone (DAAT) sera quant à elle porteuse de l'expertise Climat de l'Agence et aura vocation à accompagner les collectivités et les entreprises dans la définition et la mise en œuvre de politiques d'atténuation compatibles avec la trajectoire de neutralité carbone, et en y intégrant la dimension d'adaptation au changement climatique.

2019, c'est d'abord deux évolutions significatives en termes d'organisation. La création d'une Direction Entreprises, et d'une Direction dédiée à l’Adaptation au changement climatique et aux trajectoires bas-carbone.

Fabrice Boissier, Directeur général délégué de l'ADEME

Avez-vous identifié d'autres leviers pour renforcer l'impact de l'action de l'agence ?

La transformation numérique ! C'est une ambition forte et affirmée par Arnaud Leroy pour son mandat : on ne peut pas être un établissement au service de la société sans être un établissement en pointe sur le numérique. L'ADEME doit avoir une identité numérique, des services numériques, et plus important encore, une ambition pour le numérique : celle d'en faire un levier de transformation positif pour la transition écologique, à l'heure où son empreinte et ses coûts environnementaux deviennent chaque jour plus problématiques. Inventer le numérique sobre et responsable, c'est une mission ardue, mais nécessaire ! (cf. transition n°43).

Continuez votre lecture
24

Les Antilles et la Guyane mobilisées pour lutter contre les sargasses

34

Énergie et climat : les agriculteurs agissent

07

La recherche participative : quand société civile et chercheurs collaborent